La circoncision

ARTICLE ECRIT VERS L'AN 2000

L'application de la circoncision devait cesser lorsque l'homme était encore dans l'ère du bélier (il y a environ 2000 ans) selon la promesse de Dieu faite à Abraham à la fin de l'ère du sagittaire. Nous étions alors dans la période de l'âge d'argent descendant. Pourtant celle-ci se pratique encore de nos jours selon les règles appliquées par certaines religions.

En fonction de la volonté de Dieu révélée par le Nouveau Testament la circoncision n'apporte plus aux circoncis l'accès au Royaume de Dieu ou Conscience Supérieure. Bien au contraire elle condamne beaucoup plus séverement ceux qui se font circoncire que les incirconcis. Nous pouvons remonter dans l'histoire des hommes et voir combien le peuple juif fut reconnu par ce fait et malheureusement, persécuté à outrance par d'autres.

Selon la Torah ou Ancien Testament, toutes les personnes qui se font circoncire sont obligées de respecter l'ordonnance de la loi. "Certes, la circoncision est utile, si tu pratiques la loi ; mais si tu transgresses la loi, ta circoncision devient incirconcision" (Romains 2-25).

A cause de l'ignorance de se connaître en vérité l'homme est incapable de ne pas l'enfreindre. Chaque jour, par sa façon de penser et d'agir il transgresse les commandements de Dieu qui définissent la loi.

"Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c'est par la loi que vient la connaissance du péché" (Romains 3-20).

Nous pouvons en comprendre facilement la raison si nous analysons spirituellement l'explicitation du premier commandement "Jésus répondit :

Voici le premier : Ecoute Israël, le Seigneur est un, et tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force. Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là" (Marc 12-29.30.31).

Nous voyons clairement que l'homme dominé par la conscience de la dualité (sens) ne met pas en pratique le respect du premier commandement et par la même des suivants. Afin de ne pas le transgresser il devrait absolument voir l'unité, c'est-à-dire la seule existence de Dieu régner dans tout l'univers.

Mais, au sein de la conscience inférieure l'homme contemple la multiplicité et son individualité. De ce fait en son esprit (qui appartient à Dieu), il remplace l'unique existence de Dieu par lui-même, ce qui le condamne inéluctablement et la pratique de la circoncision ne le protège en rien, mais le punit sévèrement.

"Toi qui te donnes le nom de Juif, qui te reposes sur la loi, qui te glorifies de Dieu, qui connais sa volonté, qui, instruit par la loi, sais discerner ce qui est important, toi qui te persuades d'être le conducteur des aveugles, la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, l'éducateur des insensés, le maître des enfants, parce que tu as dans la loi la formule de la connaissance et de la vérité ; toi donc, qui enseignes les autres, tu ne t'enseignes pas toi-même !…Toi qui te fais une gloire de la loi, tu déshonores Dieu par la transgression de la loi !" (Romains 2-17.23).

Comme nous ne sommes plus sous le précepteur de la loi depuis l'accomplissement de la réalisation du Christ en Soi par Jésus de Nazareth, la circoncision ne sert plus à rien à ceux qui la pratiquent. Au contraire, cet acte met une entrave à leur évolution spirituelle parce qu'ils sont sous la domination de dogmes et de rituels religieux.

Ce qui ne signifie pas que toutes personnes circoncises ne peuvent pas réintégrer la sphère de la spiritualité. Des Ames en cours d'évolution spirituelle peuvent se réincarner (pour des raisons karmiques) dans des familles qui pratiquent la circoncision, ceci ne nuit pas forcément à leur avancement spirituel "Car ce qui compte, ce n'est ni la circoncision ni l'incirconcision, mais c'est d'être une nouvelle créature" (Galates 6-15).

Cela fait déjà 2018 ans que l'accomplissement spirituel de l'homme doit se réaliser par la foi et non par la pratique de la loi. Car nous sommes sous la grâce de Dieu et non sous la loi du châtiment. "Et je l'atteste encore une fois à tout homme qui se fait circoncire : il est tenu de pratiquer la loi toute entière. Vous êtes séparés de Christ, vous qui cherchez la justification dans la loi ; vous êtes déchus de la grâce. Pour nous, c'est de la foi que nous attendons, par l'Esprit, l'espérance de la justice. Car, en Christ, ce qui a de la valeur, ce n'est ni la circoncision ni l'incirconcision, mais la foi qui est agissante par l'amour" (Galates 5-3.6).

La véritable circoncision n'est pas faite par les mains des hommes, mais par l'Esprit de Dieu qui s'accomplit en l'homme (1). Cette circoncision réelle se réalise uniquement par la foi et non par la loi, lorsque nous renonçons à notre individualité afin de réintégrer la conscience parfaite de Dieu en nous-même. Grâce à l'accomplissement de l'Amour parfait en notre âme relative (corps psychique), nous pouvons nous détourner du pouvoir de l'ego (la chair) assujettissant notre corps psychique, nous permettrons ainsi au Christ (Le Soi de Dieu) de s'exprimer selon la parole écrite. "En lui aussi vous avez été circoncis d'une circoncision qui n'est pas faite par la main des hommes ; c'est-à-dire le dépouillement du corps de la chair (ego); la circoncision du Christ" (Colossiens 2-11).

Les Ecrits Saints sont indéchiffrables pour ceux qui demeurent dans la conscience des sens. Malgré leurs études les hommes obtiennent uniquement une compréhension au sens littéral (physique) et au sens méthaphysique, (mental) d'eux-mêmes et du cosmos, ce qui les conduit inévitablement dans les sentiers de l'erreur et de l'esclavage.

Au sein de la conscience intellectuelle le sens spirituel ou réel reste voilé tant que l'homme n'accomplit pas sa transcendance (annulation du pouvoir de la dualité). Des noms tels que Israël, Juif, Jérusalem ont été mentionnés dans plusieurs citations des Ecrits Saints, ces noms symbolisent également le monde de l'Esprit Saint. Ces nominations ne regardent pas uniquement un peuple ou une terre précis. Ils déterminent aussi l'ensemble des pays et de l'humanité. Les Juifs selon les Ecrits Saints sont les hommes et les femmes qui accomplissent la circoncision intérieure, celle du renoncement du moi individuel (la conscience de l'ego) pour le Moi Universel (la conscience de l'Esprit Saint) afin d'accomplir la volonté parfaite de Dieu en réalisant le Christ en eux-mêmes (ce que Jésus a accompli). Ceux-ci sont les véritables Juifs ceux qui libèreront Israël, c'est-à-dire le Soi de Dieu dans la corporalité masculine et féminine (C'est le nom que l'Esprit de Dieu portait dans l'Ancien Testament). "Le Juif, ce n'est pas celui qui en a les apparences ; et la circoncision, ce n'est pas celle qui est apparente dans la chair. Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement ; et la circoncision, c'est celle du cœur, selon l'esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu" (Romains 2-28.29).

Quelle confusion dans le cœur des hommes et combien de dissenssions qui se sont développées au cours des siècles à cause d'une incompréhension des Ecrits Saints. Comme je l'ai expliqué dans mon ouvrage précédent, Israël n'est pas uniquement un lieu, mais ce nom symbolise également le Soi de Dieu (c'est-à-dire la Conscience parfaite de Dieu) incarné dans le cœur de la multitude et qui régnera à l'âge d'or dans toutes les nations. Les élus sont tous ceux qui accompliront leur transcendance et réaliseront le Christ en eux-mêmes (ou Israël en Soi).

(1) Ceci concerne l'homme et la femme